Comment se calcule le rendement en loi Malraux ?

La loi Malraux est un des anciens dispositifs de défiscalisation, avec ses évolutions, dans le temps, qui tiennent encore la route. Un dispositif fiscal très séduisant, vu ses différents avantages. Mais pour bien réussir, il faut savoir sa rentabilité et connaître la façon de calculer un rendement en loi Malraux.

C’est quoi un rendement en loi Malraux ?

Pour le bien saisir, on va essayer de résumer à quoi consiste la loi Malraux.

     La loi Malraux

C’est un appareil  de défiscalisation dans l’ancien. Elle s’adresse, aux contribuables français souhaitant investir dans des logements locatifs à rénover. Ce dispositif donne droit à une réduction d’impôts sur le montant des travaux de réhabilitation, ou de rénovation d’un logement, engagés, par  le propriétaire, ou l’acquéreur.  Cette réduction est de 22, ou 30 % des dépenses total, plafonnées à 400 000 €, selon les zones Malraux, où se procède l’opération.  À part la réduction, la loi Malraux présente, aussi, certains avantages locatifs. Mais, pour les profiter amplement, il faut calculer  avec précision le rendement locatif du bien immobilier Malraux. Une précision qui aide pour s’assurer le bien-fondé d’une opération immobilière, et de l’optimisation des bénéfices qu’on peut réaliser.

     Le rendement locatif en loi Malraux    

C’est le ratio qui mesure le revenu brut, que rapporte la location du logement, par rapport au  coût total du bien Malraux concerné. Le rendement locatif, qu’on l’appelle aussi la rentabilité locative, se calcule sur une base annuelle, et se présente, habituellement, en pourcentage.

Comment se calcule le rendement en loi Malraux ?rendement en loi Malraux

D’abord, il faut tenir compte de deux éléments fondamentaux,  dans le calcul de la rentabilité locative, à savoir le coût total et les revenus locatifs du bien.  Dans le premier, il faut prendre en considération : le prix d’achat (d’un bien ancien), et les frais relatifs à cet achat (agence, notaire, etc.), mais aussi l’ensemble des frais engendrés par la loi Malraux (Frais des travaux de rénovation ou de réhabilitation ; frais de gestion, frais annexes, etc.). Pour le deuxième, il s’agit de la totalité des revenus annuels.

Ceci étant dit, on distingue diverses façons de calculer le rendement locatif d’un investissement locatif Malraux.

     Le rendement locatif brut

C’est le rapport du coût total de l’investissement locatif avec le loyer brut annuel perçu. D’où la formule suivante :

100 x (loyer x 12) / coût total = Taux de rendement locatif brut

Il est à noter que le rendement locatif brut n’est seulement qu’un premier indicateur d’un investissement locatif Malraux. Car, il ne prend en compte que les loyers perçus.

     Le rendement net des frais et charges

Dans cette catégorie, le calcul tient en compte les frais de gestion et d’entretien du bien. Ainsi, on a la formule suivante :

100 x [(loyer x 12) – (taxe foncière + charge non récupérables + frais de gestion)] / coût total =  Taux de rendement net de frais et charges

Il est à remarquer que ce type de rendement est beaucoup plus précis que le premier. Il permet, aux investisseurs, par exemple, de se faire déjà une idée réaliste de la solidité et de l’intérêt de son opération immobilière.

     Le rendement net ou net-net

Le calcul du rendement net d’un investissement locatif se fait en tenant compte de tous les paramètres.  Il correspond à la formule suivante :

100 x [(loyer mensuel x 12) – (charges non récupérables + taxe foncière + frais de gestion + impôt – ISF] / coût total = Taux de rendement net

Ce type de rendement est un indicateur très précis pour se rendre compte de l’intérêt d’un investissement immobilier locatif. Seulement, c’est le plus compliqué, car il change selon le changement de situation de l’investisseur (chômage, retraite, etc.).